...
 

 

 

 

         Cliquer sur les images pour                    les  agrandir    

LES HISTOIRES DE VANIE ET DENIS

 

N°1 : "La colère".  
   
J’ai 7 ans 1⁄/ 2 - 8 ans 1⁄ / 2 . 1974 - 1975 et je fais :
[Note collée au cahier]
1. La colère. Denis
2. Histoire de Vanie : Vanie
3. Vanie et Denis
4. Plusieurs documents
5. Une vie habituelle

Denis était un gentil petit garçon : mais il piquait des colères parce qu’il n’aimait pas du tout les habits. Alors, un jour, pour qu’il perde cette habitude, à Noël, maman Colette et papa Arnaud ont invité son petit cousin [Emile]. Il sera poli et il ne piquera pas de colère.

Denis essaie de se retenir d’une colère. Ses habits le serraient : « Ah ! dit-il dans sa tête, je voudrais bien rester dans mon pyjama ! » mais il ne traîna pas : op op op, il a fini de s’habiller ; le petit déjeuner est prêt : il a fini maintenant son déjeuner. Il va jouer. Arnaud s’en va au bureau. La pauvre Colette se farcit tout le boulot. Une histoire que sa maman lui avait lue quand elle était petite l’entraîne.

« Ouah ouah, drigne drigne » : c’est Mamie avec Chien-Chien qui vient lui dire bonjour. Colette dit : « Assieds-toi maman. » Mamie s’installe. Denis et Emile viennent dire bonjour à Mamie. Alors ils en profitent pour jouer avec Chien-Chien. Chien court dans la maison, Denis le rattrape car il sent que tout va être cassé. Le chien fonce à travers l’appartement. Emile est très agité.
Après une heure et demie, Mamie dit : « Je m’en vais. » Chien-Chien s’en va aussi.

Denis et Emile prennent un Lucky-Luke et le lisent dans le grand fauteuil de la salle à manger. Denis et Emile s’endorment. Colette passe et voit les endormis. Elle croit que c’est une farce. Elle s’approche et les chatouille. Ils se réveillent. Colette ne comprend pas beaucoup car ils baillent. Colette a finalement compris.
Un jour, Emile s’en va en avion, accompagné : les hôtesses s’en occupent. Après qu’il soit
[rentré] chez lui, sa maman lui offre des cadeaux. La valise est rangée.
Denis avait promis à l’intelligent Emile qu’il viendrait aussi. Un jour, Denis vient. Partout dans le pays où habite Emile, on cherche la pièce du Président de la République : Elle vaut 300 francs : c’est écrit dans les journaux, affiches, dit à la radio et tout, etc... etc... etc... etc...

Arnaud, Colette, Chien-Chien, Mamie, Denis, Emile, Virginie, Olivier, Isabelle la sœur d’Emile, sont tous partis à une grande promenade avec un pique-nique. Isabelle reste avec ses parents. Autrement [par ailleurs] son frère et son cousin s’évadent.
Comme ell
e sait qu’on cherche partout une pièce, Isabelle gratine l’herbe et la terre.
« Sapristi, ça serre mes habits !!! » dit Denis. Très étonné, Emile ne dit rien mais les parents de Denis ont honte de leur petit garçon ( il n’est pas si petit que ça !!!!!!!!!!).
Isabelle réussit à
[ne] pas salir ses mains : une pièce apparaît de 300 francs. « Ho ! dit-elle. Regardez une pièce - Tiens !!! dit Denis.
Isabelle voudrait une sorte de volume pour y mettre sa pièce et la montrer au roi. Elle demande à Virginie une feuille de papier mais Virginie n’en a pas. Malgré sa peine, elle regarde sa maman. Colette est embêtée pour sa petite nièce. Elle prend une page de son carnet et la déchire pour sa nièce. « Ah ! merci beaucoup ! ». Isabelle est joyeuse.
Maintenant, il faut s’en aller. Isabelle est agitée. « Hi ! hi ! dit-elle. Devant le roi ! Je serai devant le roi !
/.../ Ils s’en vont.

/.../ Isabelle est arrivée : elle voit : /.../ une grande porte avec des soldats. Pour entrer, ils montrent la pièce de 300 francs. Les soldats disent « Entrez ». La famille entre. Un grand fauteuil fantastique, le roi est assis, il lit son journal. Colette dit : « Ô roi, voici votre pièce, Majesté - Qui l’a trouvée ? dit le roi. Nathalie [Isabelle] lève le doigt. « C’est toi ma fille ? dit-il - Oui, c’est moi. - Courageuse, où l’as-tu trouvée ?!?! - Nous avons été à un pique-nique et je savais que l’on cherchait une pièce et j’ai gratiné la terre, je l’ai trouvée. - Bien, je te donne mon château. - Je n’en ai pas besoin, dit la pauvre fillette. - Tu refuses mon château ? dit-il. Méchante ! Sors ! » Isabelle hésite et dit : « Méchant toi-même ». Denis dit : « Isabelle ! Tu es quand même devant le roi ! » Isabelle répond : « Il faut me remercier. Je ne veux pas de château mais je veux qu’il dise : « Je te remercie de tout mon cœur ma fillette ! ». Arnaud s’avance méchamment vers Isabelle et la claque. Il dit : « Denis a raison, comment oses-tu parler comme ça à Denis et au Roi. Méchante ! File de l’autre côté de la route. » Virginie dit : « Mais ce n’est pas ton enfant ! » Denis prend la main d’Isabelle et la console : « Isabelle, tu as été courageuse. Le Roi l’a dit. Alors du calme. » Isabelle dit : Mon chéri, ne sois pas si gentil avec moi. Je suis méchante. » Emu, Denis lui baisa la main /.../

Ensemble, ils arrivèrent tous à la maison. Ils eurent une belle fête.
Au moment du départ, Denis ne veut plus quitter Isabelle. Ils s’en vont quand même et LA VIE FINIT BIEN AVEC DENIS. Mais ce n’est pas fini ! ... et les lettres qu’Isabelle envoie à Denis, les lettres que Denis donne à Isabelle... Chien-Chien retrouve Denis et ils sautent dans les grands prés pour toute une journée.

SUITE :
Denis vit un pommier. Il vit une pomme. Il voulut la croquer mais vit qu’elle était en plastique. Il disa [dit] : «Ça alors !? Quand même ! Je rêve, c’est dégoutant. Allez, viens Chien-Chien. Nous allons le raconter. » Au chemin du retour, ils virent un lièvre. Le chien s’élança à sa poursuite mais l’autre animal disparut.
Le flair du chien semblait disparaître.
Le garçonnet eut très peur. Mais on vit que dans son cœur, il aimerait les habits car c’est une habitude qui vient quand on est très très amoureux d’une fille.

Ne vous souciez pas : Isabelle, la si chère beauté, se maria avec le si beau Denis. FIN

           Dernière mise à jour de cette page: 21 août 2018