...

LES HISTOIRES DE VANIE ET DENIS

 

N°3 : "Vanie et Denis".

Annick Grimm . 1975 - 1976 . (8 ans)

Le récit de cette longue histoire (83 pages d’une écriture très fine + 10 pages pour la "Préface" et la bande dessinée "Le 14 juillet") est intermédiaire entre autobiographie et journal.
Ariane-Annick y fait, sous le nom de Vanie (la première de ses « héroïnes », suivie de Limine, puis de la provocante Line), la chronique détaillée de sa vie d’écolière et d’enfant de parents divorcés, avec le souci constant de faire des listes. Très féministe, Ariane n’hésite pas à placer le père devant les fourneaux pendant que la mère se repose dans un fauteuil.

Les dialogues sont fidèlement rapportées mais il n’est pas toujours facile de démêler ce qui sort de l’imagination ou bien de la « réalité », sauf quand Ariane revient dans ses écrits sur cette réalité : par exemple, le récit des « persécutions » subies à l’école, déjà présent dans un de ses premiers journaux "Est-ce parce que je suis coléreuse?", repris dans une autre histoire autofictionnelle "Limine N°1" et même plus tard dans ses cahiers de mémoire.

La Préface (qu’Ariane a placée à la fin du cahier) montre une petite fille très fière de ses capacités d’écrivain et de modèle pour les autres enfants. Placée aussi à la fin de l’histoire, Ariane a fait une bande dessinée de 8 pages : "Le 14 juillet ".

"Vanie et Denis" (44 images)

La "Préface" (5 images)

La "BD du 14 juillet" (8 images)