Dernière mise à jour de cette page:

9 août 2017

Dès sa plus tendre enfance, Ariane Grimm a échangé avec sa mère une très longue correspondance : petits mots laissés sur la table du petit-déjeuner avant de partir pour l’école ou le travail, lettres « importantes » pour faire le point sur leurs relations, lettres écrites pendant les séparations : la colo, les vacances avec son père ou chez ses tantes... On trouvera aussi les lettres qu'elle a dictées à ses baby-sitters et celles qu'elle a écrites de six à huit ans qui ont permis à Philippe Lejeune de compléter l'étude qu'il a faite sur ses premiers écrits: "Le journal d'Annick, sept ans et demi".

Excellente archiviste, les lettres de la famille et celles de ses amis-amies qu’Ariane a méticuleusement classées permettent d’affirmer qu’elle a eu en outre de nombreux correspondants.

Par ailleurs, dans un dossier intitulé « Ce qui concerne maman », constitué dès l’âge de dix ans parallèlement à son journal, Ariane a consigné au fil du temps à l’aide de lettres et de divers documents, les colères, la brutalité, les gentillesses aussi de sa mère, évoquant ainsi la relation intense et conflictuelle qu’elle a eue avec cette femme d’origine sociale populaire, née entre les deux guerres (1929).

En projet, quelques-unes des lettres de Gisèle Grimm, mère d'Ariane.

 

 

_____ cliquer sur un titre au choix ci-dessous _____

1- Les premières lettres.

2- Les lettres et les mots de six à huit ans.

3- Les mots d'Ariane écrits à la maison en 1978 (entrée dans l'adolescence) ... donnés ou cachés.

4- Ariane parle de ses cahiers de mémoire dans ses lettres.

5- Les lettres dans les cahiers de mémoires.

6- Les dernières lettres (à partir de dix-sept ans et jusqu'au soir du 10 aout 1985).

7- Dossier "Ce qui concerne maman".